Connexion
 



Se connecter
Isabelle Paré 
15 juin 2012  Culture / Actualités culturelles
Guerre de 1812 - Un illustrateur refuse de cautionner les distorsions historiques des conservateurs



Illustrateur historique chevronné, soucieux de précision et de justesse dans ses croquis, Francis Back a des fourmis dans le crayon ces jours-ci. Au moment où l’on commémore à grand renfort d’événements et d’expositions la guerre de 1812, le fils du père de L’homme qui plantait des arbres refuse de cautionner les dérapages et les distorsions historiques qui marquent le discours du gouvernement Harper.

Il faut le dire, Francis Back, qui a derrière la cravate plus de trente ans de carrière en illustration historique, déteste les approximations. Avant de coucher le passé sur papier, ce féru d’histoire passe des semaines à scruter des piles d’actes notariés du xviie siècle, à fouiller les correspondances de généraux ou à analyser des fonds d’archives à Paris ou Washington. Histoire de rendre avec le plus de justesse possible le contour des premiers jardins de Nouvelle-France ou le visage d’un illustre chef amérindien. Là réside toute l’essence de son métier : remonter le fil du temps à la manière d’un détective pour déceler les indices qui permettront d’accoler au passé l’image la plus juste possible.


Une tâche immense, et lourde de responsabilités, estime-t-il, surtout quand l’histoire a des trous de mémoire.


« Je me vois comme un communicateur visuel. L’art de l’illustration historique, c’est de montrer ce qu’on sait et d’éviter de montrer ce qu’on ne sait pas. C’est la seule façon d’éviter les erreurs historiques qui seront perpétuées pendant des décennies », dit l’illustrateur, qui pratique ce métier depuis l’âge de 16 ans.


Or ces jours-ci, le passé a bon dos. Les commémorations entourant la guerre de 1812 par le gouvernement fédéral donnent lieu à des distorsions inouïes, estime-t-il. Invité à réaliser quatre fresques sur le fameux conflit de 1812, Francis Back a refusé de participer au contenu visuel de l’exposition inaugurée en grande pompe cette semaine par le ministre fédéral de Patrimoine canadien, James Moore, au Musée de la guerre d’Ottawa.


«On s’évertue à mettre l’accent sur le fait que ce conflit a construit le Canada. C’est une aberration. Le Canada existait bien avant, depuis sa mention par Jacques Cartier. En plus, on dit que cette guerre n’a fait aucun perdant, alors que les autochtones, qui étaient les alliés de l’Angleterre, sont ceux qui ont payé le prix le plus lourd en voyant leurs terres cédées aux Américains », s’insurge l’illustrateur historique.


Pour lui, on nage ces jours-ci en plein révisionnisme. « On est revenu à l’époque de l’instrumentalisation et de la manipulation de l’histoire. On présente des visions tronquées de la réalité », ajoute-t-il.


Le dessinateur, dont la plume est recherchée tant en Europe et aux États-Unis qu’en Asie pour illustrer des livres historiques, des story-boards de films, des illustrations pour les musées et les parcs, n’en est pas à sa première déconvenue face aux distorsions qui s’insinuent dans le carnet de commandes du gouvernement fédéral. Appelé par Postes Canada à soumettre un dossier de recherche et des croquis pour honorer une série de personnages liés à la guerre de 1812, le dessinateur a vu aussi ses esquisses refusées.


Un de ses projets présentait notamment Tecumseh, le grand chef amérindien qui rallia 3000 hommes de différentes tribus pour faire la guerre aux Américains aux côtés de l’Angleterre. On reprocha à sa représentation du chef autochtone d’arborer un air trop vindicatif. « Tecumseh était l’artisan de la défense autochtone, il était normal de lui donner un air guerrier. On voit qu’on cherche des symboles inventés, ou politiquement corrects, qui ne collent pas toujours à la réalité. Pour moi, c’est un recul de la science historique, et de la science en général », dit-il.


L’histoire instrumentalisée


L’illustrateur, dont le travail est exposé au Musée Marguerite-Bourgeoys jusqu’en octobre dans la foulée de l’exposition Dessiner l’Amérique française : les illustrations de Francis Back, se désole de la façon dont l’histoire est souvent malmenée pour des raisons politiques ou par pure ignorance. L’exposition en cours au musée de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours vise justement à expliquer les dessous du métier d’illustrateur historique, un métier méconnu qui dépasse le simple rôle de dessinateur.


Jusqu’au xviiie siècle, on invitait des peintres de renom à représenter joliment des fresques historiques, parfois sans aucun souci de la réalité historique. Encore au chalet du Belvédère du mont Royal, on peut voir une fresque dépeignant Jacques Cartier aux côtés d’un chef amérindien affublé d’une coiffe colorée. « Ça n’a absolument aucun sens historiquement, puisque le chef est costumé comme un Shawnee des tribus des Grands Lacs », dit-il.


Ce dernier, qui s’alimente abondamment aux archives du Québec et dans les fonds de Bibliothèque et Archives du Canada, s’inquiète d’ailleurs de l’abolition d’une centaine de postes annoncée par le gouvernement Harper chez les archivistes. « Non seulement on instrumentalise l’histoire, mais on tarit lentement les sources du savoir et de la connaissance. Comment pourra-t-on garder ce savoir accessible s’il n’y a plus personne pour les traiter ? », s’interroge l’artiste.


Francis Back a appris son métier tout jeune en Europe, alors que son père, Frédéric Back, s’initiait au cinéma d’animation à Paris. Il dit être tombé tout petit dans la potion historique. De sa chambre donnant sur le château de Vincennes, il a tracé ses premiers croquis de chevaliers et de chevaux galopants. Avec « Fred », comme il surnomme son père, il a arpenté les lieux du débarquement de Normandie. « L’histoire, je l’avais sous les yeux à tous les jours et je la gobais comme une éponge ! »

Site complet