Connexion
 



Se connecter
Marco Bélair-Cirino 
23 novembre 2011  Politique / Québec
Ressources naturelles - Le gouvernement accusé du «vol du siècle»

Le porte-parole du groupe Maîtres chez nous - 21e siècle (MCN21), Daniel Breton, a déposé hier après-midi une plainte à la Sûreté du Québec (SQ) contre le gouvernement Charest, qu'il accuse d'avoir perpétré le «vol du siècle».

MCN21 dénonce vigoureusement la décision du gouvernement de céder les droits sur les hydrocarbures (gaz et pétrole) appartenant à Hydro-Québec à des intérêts privés «à l'insu du peuple québécois». Daniel Breton montre du doigt la vente, effectuée en 2008, des permis d'exploration que possédait la société d'État sur l'île d'Anticosti à Petrolia pour un montant inconnu. Il taxe le gouvernement et Hydro-Québec d'avoir ainsi «volé» plus de 3000 milliards de dollars de la population en la «dépossédant» de l'équivalent de 30 milliards de barils de pétrole (valant chacun 100 $) qui seraient enfouis dans le sous-sol de la plus grande île du Québec. «Les évaluations [faites par la firme albertaine Sproule Associates Limited] seraient de l'ordre de 3000 milliards de dollars. Là, on n'a pas parlé des gaz de schiste, du vent, de tout ce qui à trait à l'énergie», a dit M. Breton.

MCN21 s'efforce d'obtenir à coups de demandes d'accès à l'information une copie des ententes conclues entre Hydro-Québec et Petrolia, de même que les relevés des redevances minières, gazières et pétrolières versées au gouvernement du Québec depuis 2000, mais en vain. «Non seulement ils nous dépossèdent de notre énergie, en plus ils refusent de nous dire ce qu'ils en ont fait. C'est grave!» a pesté Daniel Breton, qui comptait hier sur l'appui de dizaines de personnalités publiques.

Le porte-parole de MCN21, qui est convoqué mardi prochain à une nouvelle rencontre au siège social de la SQ, soupçonne que des «choses très, très, très sérieuses et très, très, très criminelles» se produisent dans le secteur de l'énergie au Québec, mettant en scène «les firmes de génie-conseil» et «les entreprises de construction» et qui seraient liées «au financement du Parti libéral».

La porte-parole de Québec solidaire Françoise David ne se fait «aucune illusion sur les suites que la SQ va donner à cette plainte-là», n'empêchant pas à ses yeux que le «geste symbolique fort» posé hier exprime bien que les Québécois «ont vraiment le sentiment d'être dépossédés en ce moment, mais complètement».

«Ils savent qu'ils ont un gouvernement qui est prêt à vendre le territoire du Québec à n'importe qui, à n'importe quel prix, sans que le peuple y trouve son compte», a-t-elle déploré.

«Et sans le moindre débat public sur la question», a poursuivi le porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe. Il estime que le gouvernement libéral fait fi du «contrat» scellé entre l'État et les Québécois lors des élections générales de 1962 «voulant que les Québécois [...] deviennent propriétaires de diverses entreprises en électricité, mais aussi [qu'ils détiennent] des droits gaziers et pétroliers».

Trente personnes ont pris part au «geste d'éclat» de MCN21, dont le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, André Bélisle, le Zapartiste François Parenteau, le fondateur du Nouveau Mouvement pour le Québec, Jocelyn Desjardins, le professeur Gérald Larose, le musicien Yves Lambert et le chanteur Paul Piché.
Site complet